La Mère Suffisamment Bonne


Notre Dame de la Garde







« Oh Bonne Mère ! » Cette expression bien connue en dit long sur l'attachement qu'ont les marseillaises et les marseillais avec leur bienfaitrice : Notre Dame de la Garde. C'est elle qui surplombe et veille sur la cité phocéenne depuis plus d'un siècle. Alors comment ne pas venir rendre une petite visite à cette vieille dame et la photographier. C'est justement ce que je me suis employé à faire par un doux matin de décembre. Et en voyant les vas et viens incessants de tous ces gens réunis au pied de ce monument, je me suis demandé quelle relation pouvaient-ils bien entretenir avec cette figure maternelle, cette "Mère Suffisamment Bonne" (pour reprendre le titre d'un livre du psychanalyste britannique Donald Winnicott).

 

Notre Dame de la Garde - Marseille
Notre Dame de la Garde que j'ai photographiée au lever du jour

 

 

Là-haut sur la colline

 

Tout commença sur une colline, un beau jour de l'an 1214 . La colline dite de la Garde. Cette année-là, un prêtre y fit construire en son sommet une chapelle pour prier la Vierge Marie. Plus tard, au XVIème siècle, François 1er décida de créer un fort militaire à cet emplacement pour protéger la ville. Le petit lieu de culte subsista, servant alors aux soldats mais aussi aux fidèles en temps de paix (ce qui était déjà une exception à la règle à cette époque).

 

Au milieu du XVIIIème siècle, la ville s'étant bien développée, des travaux sont entrepris pour remplacer la vieille chapelle par un édifice plus imposant. C'est le jeune architecte Henri-Jacques Espérandieu (ça ne s'invente pas) qui façonna le nouveau sanctuaire tel que nous le connaissons aujourd'hui. La construction de Notre Dame de la Garde fut achevée en 1897.

 

 

Un régal pour les yeux

 

« Je me hâtai de monter à Notre-Dame de la Garde, pour admirer la mer que bordent avec leurs ruines les côtes riantes de tous les pays fameux de l’Antiquité. »
Chateaubriand

 

 

Quand on entre dans Marseille, la dame se repère de loin. Alors on sait que l'on est arrivé. Perchée à 155 mètres au dessus de la mer, elle est un régal pour les yeux. Une fois là-haut, le panorama offre une véritable sensation de liberté. La vue est imprenable sur la ville comme sur la mer, à 360 degrés. Et si l'on grimpe encore un tout petit peu plus haut, il est possible de voir littéralement à travers les yeux de la Vierge Marie qui porte son regard en direction du Vieux Port.

 

Cette statue de 11,2 mètres décorée de feuilles de cuivre doré est érigée au sommet d'un cloché carré de 41 mètres, lui même reposant sur une église de style romano-byzantin. A l'intérieur, les fresques sont étonnantes. Elles représentent près de 1200 m² de panneaux de mosaïques vénessiens d'inspiration byzantine. Soit 12 millions de petites tesselles de toutes les couleurs, rien que ça ! L'église a pour socle les bases de l'ancien fort ainsi qu'une crypte de style roman, creusée dans la roche.

 

 

La gardienne de la cité

 

La vieille dame est considérée comme la gardienne, la protectrice de la cité phocéenne, d'où son surnom "La Bonne Mère". Elle veille ainsi sur ses habitants et notamment sur ses marins et ses pêcheurs. Elle est un phare qui les guide dans la nuit.

 

Elle est aussi un réconfort pour les pèlerins qui la considèrent comme faiseuse de miracles. Ils viennent se confier, dire leur détresse ou remercier pour les grâces obtenues. Les ex-votos garnissent ainsi les salles de la basilique. Ce sont ces offrandes faites à Dieu par les croyants. Ils se matérialisent par des plaques de marbre portant une inscription, des tableaux représentant un évènement ou encore des bateaux suspendus un peu partout pour protéger les marins.

 

Plus de 10 000 personnes par semaine en moyenne déposent leurs vœux dans une boite aux lettres en vue d'être exaucés. Le football étant omniprésent à Marseille, il n'est pas rare, par exemple, de lire des intentions du style : "J'aimerais être un footballeur professionnel".

 

 

Une Mère pour tous les phocéens

 

Il n'y a pas que les chrétiens qui monte à Notre de Dame de la Garde. C'est avant tout un lieu qui rassemble au-delà de toute confession. Par exemple, des supporters de l'OM s'y rendront aussi avant les grandes rencontres et y allumeront des cierges bleus et blancs pour forcer le destin de leur équipe de football.

 

Le marseillais entretient un lien très fort avec sa Bonne Mère. Qu'il croit en sa bonté ou non d'ailleurs. Elle représente une image féminine maternelle qui est très importante. Elle est le symbole de toute une ville, sa bonne étoile.

 

 

« Plus qu'un paysage, plus qu'un sanctuaire, une mère. »
Mgr Georges Pontier, archevêque de Marseille

 

 

Et c'est aussi un lieux qui accueille les visiteurs de la France entière ainsi que les gens venus de tous horizons. Ils sont près de 2 millions à gravir cette colline chaque jour par foi ou juste pour le plaisir des yeux (ou les deux).







Vous voulez progresser dans la photo tout en revisitant la ville de Marseille ?

Inscrivez-vous à la newsletter et recevez des conseils pour apprendre la photographie en sillonant les rues de la citée phocéenne.



À lire aussi :