Comment apprivoiser l'ombre et la lumière ?


Et obtenir de meilleures photos







Collonges-la-RougeUn été à Collonges-la-Rouge

 

 

 

Exercer son regard photographique

 

Quand il y a de la lumière, l'ombre n'est jamais très loin. Il suffit simplement de regarder autour de soi. Pour un photographe, c'est du pain béni à volonté ! Encore faut-il savoir repérer les opportunités et en même temps faire preuve d'un peu de créativité. Bien sûr, tout cela s'apprend en pratiquant avec le temps.

 

Et ça commence par observer les contrastes entre ces ombres et ces lumières. L'avantage est qu'il n'est pas nécessaire d'aller chercher bien loin. Concrètement, cela peut être simplement l'ombre d'un arbre sur un mur, d'une silhouette sur le sol ou encore d'une montagne sur une vallée ! Bref, vous l'aurez compris, cette liste continue "vers l'infini et au-delà" (mais moi je vais m'arrêter là). Par ailleurs, ce petit jeu peut rapidement devenir addictif si l'on sait être curieux.

 

Des Aires de RAPPhotographie de ma série sur le RAP à Marseille

 

Quand ces ombres sont très marquées, elles sont repérables plus facilement et il est alors intéressant de les décortiquer sous tous les angles en les photographiant. Il s'agit de jouer avec ces lignes et ces formes. Pour ce faire, rien de bien sorcier. Il suffit de trouver le bon cadrage ! Non, en fait, cela peut rapidement devenir un véritable casse-tête... Mais c'est bien là tout l'intérêt de la chose.

 

Alors voici un petit exemple de questions fort sympathiques à se poser une fois que l'on a trouvé son sujet :

 

  • Quelles sont les différents éléments qui ont attirés mon regard et comment puis-je les intégrer dans ma composition ?

  • Tous ces éléments sont-ils nécessaires dans la compréhension de mon image ? Ou dois-je resserrer mon point de vue pour l'épurer ?

  • Sous quel angle puis-je capturer ce que je vois afin de mettre en valeur les effets d'ombres et de lumières ?

  • Ai-je vraiment fait appel à tout mon talent, toutes mes connaissances et toute ma créativité pour prendre cette photo ? Ou bien dois-je rester encore un peu pour essayer de faire encore mieux ?

  • Est-ce que mon image raconte bien ce que je voulais raconter ? (ouf, elle est difficile cette question-là je sais...)

 

Ne lésinez pas sur le temps que vous allez passer sur votre sujet. Faites un maximum d'essais de cadrage. Vous aurez ensuite tout le loisir de choisir la bonne photo, celle qui vous plaît le mieux et voilà tout.

 

Forêt de Tronçais dans l'Allier
Quelque part dans l'immense Forêt de Tronçais dans l'Allier

 

 

 

Ma règle de base concernant la lumière

 

Alors voici ce que j'estime être un pécieux conseil pour vous qui me lisez (un grand merci à vous au passage). Un conseil que j'applique moi-même dans 80% des cas et qui a fortement influencé mon style photographique :

 

 

Placez la source de lumière la plus forte derrière votre sujet.

 

 

Moi qui n'utilise ni de flash ni de réflecteur et qui photographie quasi exclusivement à la lumière du jour, ma source la plus forte provient évidemment du soleil. Sans lui, je serais au chômage technique. Heureusement, il ne m'a encore jamais lâché ! Encore moins dans le sud de la France où je profite des beaux jours ensoleillés tout au long de l'année.

 

En portrait par exemple, je m'arrange pour que le soleil se situe à l'arrière de mon sujet. Pourquoi ? Deux principales raisons à cela. La première est que la personne photographiée ne risque pas de se retrouver avec des ombres marquées sur le visage. Ce qui ne la mettrait pas vraiment en valeur. La seconde est que sa peau aura une couleur de teinte constante, ce qui est bien plus esthétique au niveau du rendu photographique.

 

Portrait de deux sœurs à l'Estaque, Marseille
Shooting photo dans le quartier de L'Estaque - Marseille

 

Alors bien sûr, je n'ai pas encore acquis de supers pouvoirs mystiques pour demander au soleil de se positionner où bon me semble. Et parfois, je ne peux pas (ou ne veux pas) non plus déplacer mon sujet. Reste alors la dernière option. Celle du photographe. C'est à moi de me déplacer autour de mon sujet. Et j'ai le choix d'un très large angle d'approche pour se faire et avoir le soleil qui éclaire l'arrière de la personne que je tiens au bout de mon objectif.

 

Par exemple, sur la photo ci-dessous, j'avais demandé aux jeunes mariés de poser sur ce carré de verdure et devant ce petit muret. Le cadre me plaisait, la posture de mes sujets aussi, ainsi que le fait de pouvoir photographier légèrement en contrebas. J'ai volontairement choisi de me décaler loin sur la gauche. Sur ce cliché, je voulais avoir le visage de la mariée mais pas celui du marié. Tout simplement parce que ce dernier était en plein soleil, avec des ombres sur le visage et ses yeux plissés. Á l'inverse, le visage de la mariée est à l'ombre, homogène et gracieux. Et le soleil vient mettre du relief dans sa chevelure et sa robe blanche. Notre regard est automatiquement attiré par elle. Et le résultat colle d'autant plus avec ce que raconte cette photo puisque le mari adopte volontairement une posture effacée avec son genou à terre par rapport à celle de la mariée. Romantique !

 

Mariage de Virginie et ÉpaphrasMariage de Virginie et Épaphras, Bouc-Bel-Air (Bouches-du-Rhône)

 

 

 

Pour réaliser une série de photos homogène 

 

Avec ce processus photographique, vous définissez un cadre à respecter, vous savez où vous allez, ce que vous recherchez, le résultat que vous souhaitez obtenir.

 

La lumière ne doit pas déterminer ce que l'on photographie mais plutôt déterminer l'endroit d'où l'on photographie. Quelque soit le point de vue où l'on se trouve, de belles opportunités se présenteront toujours. On peut se placer à un endroit précis parce qu'on aime bien la lumière et attendre que quelque chose s'y passe. Une personne qui marche dans la rue par exemple.

 

Ce qui est intéressant, ce n'est pas d'avoir une lumière constante mais une couleur constante dans son style photographique. En argentique, plus qu'en numérique, la couleur, à la lumière du soleil, va sortir très jaune alors que la partie à l'ombre va sortir plus bleutée. La couleur est liée au matériel que vous utilisez (capteur, pellicule, etc.) ainsi qu'au post-traitement évidement. Mais pas seulement. En fait, l'étape la plus importante reste de gérer la lumière au moment de la prise de vue pour obtenir une série de photos homogène. Le sujet en premier plan de la photo ci-dessous est dans l'ombre alors que le fond est dans la lumière.

 

Ombre et lumièreJ'AI RETOUCHÉ LES COULEURS DANS LA PARTIE SOMBRE DE L'IMAGE POUR RENFORCER MON PROPOS SUR L'OMBRE ET LA LUMIÈRE

 

Mais il faut aussi faire attention à ne pas trop sur-exposer vos photos quand vous vous trouvez sous un soleil éclatant. En numérique par exemple, il vaudra mieux sous-exposer son sujet à la prise de vue pour ne pas "cramer" l'arrière plan. Ceci peut paraître un peu technique et fera l'objet d'un prochain article.

 

Encore un dernier petit conseil et j'en aurai terminé pour aujourd'hui avec ces petites astuces. Si le temps est nuageux, je vous conseille au contraire de placer votre sujet face à la lumière du soleil car celle-ci sera plus douce et éclairera uniformément les traits de son visage.

 

Portrait dans les calanques de MarseilleShooting photo dans les calanques de Marseille

 

Mais dans tous les autres cas, n'oubliez pas :

 

 

Placez la source de lumière la plus forte derrière votre sujet !

 

 

C'est en tout cas mon avis, mon style, mon choix assumé.

 







Vous voulez progresser dans la photo tout en revisitant la ville de Marseille ?

Inscrivez-vous à la newsletter et recevez des conseils pour apprendre la photographie en sillonant les rues de la citée phocéenne.



À lire aussi :