Retoucher, quelle vulgarité !


Arrêtez de cogiter et créez







«Retoucher est un terme très générique qui indique que l'on agit après coup sur quelque chose. De même qu'une couturière effectue des retouches pour adapter la longueur d'un pantalon ou le cintrage d'une veste, notre démarche [celle du photographe] vise à ce que le rendu de nos images ne soit plus du prêt-à-porter... mais du sur mesure !»
Anne-Laure Jacquart

 

 

Voilà, tout est dit ! Merci et au revoir...

 

Quand je prends pour titre de mon article "Retoucher, quelle vulgarité !", je ne veux pas pointer du doigt le processus mais le terme "retoucher" que je n'aime pas. Je le trouve péjoratif. Mais ce n'est qu'un avis très personnel. Par contre voici un autre avis très personnel et qui va bien plus nous intéresser ici : la retouche de nos images est une étape très importante dans notre démarche photographique. Et je suis bien d'accord avec la photographe Anne-Laure Jacquart (citée plus haut) pour parler de "sur mesure".

 

Ombre et lumièreJ'ai accentué la luminance des couleurs dans la partie sombre pour renforcer mon propos sur l'ombre et la lumière

 

 

Retoucher sans préjugés

 

La retouche en photo existe depuis l'invention de la photographie (lire mon article sur les premiers pas de la photographie). Mais prenons un exemple un peu plus récent (pas trop quand même), celui de la pellicule photo. Le négatif, en photographie argentique (dont je parle dans mon article "L'argentique vit encore"), n'est pas une photo mais un support de travail. La construction photographique vient ensuite. Quand vous scanner vos négatifs ou que vous tirez vos images avec un agrandisseur argentique, vous retouchez vos photos ! (en fonction du type de matériel, des réglages du scanner ou encore des produits utilisés pour révéler l'image.)

 

Autre exemple de retouche plus radicale cette fois. Saviez-vous que l'une des photographies les plus chères au monde (qu'on aime ou qu'on n'aime pas) a été retouchée pour carrément enlever certains éléments du décor ? Elle a été prise en argentique et retouchée en numérique. Résultat : Elle s'est vendue 4.3 millions d'euros. Henri Cartier-Bresson (à qui j'ai aussi réservé un petit article) n'aurait sans doute pas apprécié, lui qui ne recadrait même pas ses images. Mais "Chacun fait, fait, fait c'qui lui plaît, plaît, plaît !". Et ça ne plaira jamais à tout le monde vous savez...

 

Rhein II, 1999 - Andreas Gursky
Rhein II, 1999 - Andreas Gursky - 4,3 millions d'euros

 

Pour aller encore plus loin, il est important de rappeler que lorsque nous prenons un cliché, quel qu’il soit, nous réglons nos appareils photo (ou alors ils se règlent tout seul). Et tous ces réglages participent à l’altération de la réalité de nos images : paramétrage de l'exposition, du couple vitesse/diaphragme, de la balance des blancs, de la sensibilité iso et même du cadrage. Et pourtant, tout ce processus est bien plus accepté par la plupart des gens.

 

 

« L'inexactitude n'existe pas en photographie. Toutes les photos sont exactes. Aucune d'elles n'est la vérité. »
Richard Avedon 

 

 

Donc, quand vous réalisez une épreuve photographique, vous retouchez automatiquement vos clichés, même sans le vouloir. Le processus est enclenché, alors pourquoi ne pas aller plus loin ? Personnellement, je trouve qu'il n'y a rien de mal à cela. Alors, si vous êtes du genre à vous prendre la tête tout seul avec ça et à vous demander si vous n'allez pas trop dénaturer votre travail, moi je vous le dit : Arrêtez de cogiter et créez !

 

 

Pourquoi retoucher ?

 

D'autant plus que tout ce processus de retouche (ou de post-traitement comme je préfère l'appeler) est passionnant. Je passe d'ailleurs beaucoup (trop ?) de temps à post-traiter mes images parce que je prends beaucoup de plaisir à le faire, tout simplement. Mais pas seulement.

 

Selon moi, le post-traitement est la chose la plus importante à maîtriser (juste après la prise de vue, bien sûr). Retoucher une image va vous permettre de mieux libérer tout son potentiel et c'est bien là l'intérêt.

 

Par exemple, il est très difficile d'accentuer le contraste d'une scène à la prise de vue. C'est seulement au post-traitement que vous pourrez vous dire : "Tiens, j'aime cette photo mais les couleurs ne sont pas terribles. Je la verrais bien mieux en noir et blanc avec des noirs et des blancs plus intenses". Et vous pourrez agir en conséquence. Votre photo prendra alors tout son sens et sera débarrassée du superflu.

 

Le contaste de la photo a été volontairement augmenté ici car il se prêtait mieux à mon sujet sur le RAP à Marseille

 

Le post-traitement permet de renforcer l'expressivité de vos images et en même temps fera appel à toute votre créativité. Que du bonheur ! C'est tout un processus qui vous permettra de rendre vos photos plus fortes et d'affirmer votre style, votre identité, votre signature photographique.

 

Ce qu'il y a de plus beau dans la retouche photo, c'est quand elle ne se voit pas. C'est quand elle se traduit par de fins ajustements pertinents et justement dosés pour rendre une photographie encore plus authentique. Pour moi, elle se doit d'être une tâche très subtile. Et la personne qui va regarder mes photos ne doit pas se poser la question de savoir si elles ont été retravaillées ou non.

 

Post-traiter une photographie (que se soit en argentique ou en numérique) peut paraitre difficile techniquement. Et vous retrouverez sur le web tout un tas d'articles et de vidéos sur le sujet pour vous y aider (donc pas de panique). Mais cela ne doit pas éclipser le vrai cœur du problème qui est de toujours se demander :

 

 

Quelle est mon intention quand je crée une photographie ?







Vous voulez progresser dans la photo tout en revisitant la ville de Marseille ?

Inscrivez-vous à la newsletter et recevez des conseils pour apprendre la photographie en sillonant les rues de la citée phocéenne.



À lire aussi :